AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Avis aux « anciens » partenariats,
comme vous pouvez le constater, le forum à subit un changement assez majeur. De ce fait -et pour faire totalement peau neuve- nous avons supprimé tout partenaires. normalement nous avons fait le tour des po-potes (ou alors ça ne saurait tarder), mais supprimez-nous quand même de votre liste, ça évitera de fausser ; de toute façon nous passerons vous voir.~ merci à tous et très bonne continuation à vous tous keur sur vous.
Cupid Human et ses post vacants,
Vous n'arrivez pas à vous décidez qui interpréter dans ce forum? Eh bien ils se trouvent que des membres débordant d'imagination vous on créés des scénarios digne de ce nom ; vous les trouverez ici. Pas mal de choses négociables pouvant s'adapter à vos besoins, venez y déposer vos envies et vos contraintes!En revanche, pour un côté un peu plus « stricte » voici des post vacants -momentanément fermé- ici à peine créés et demandent déjà à être adoptés! Venez jouer ces personnages tant attendus et si jamais quelques choses vous turlupines partez écrire un mp aux membres du staff!

Partagez | 
 

 this is how our relationship degrades ; feat. bro'

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
le blaze : Nolee <c>
célébrité : Tanaka Koki
groupe : 青銅 bad karma
multi compte : nanae, arata, caïn
rp archivé : 2
Messages : 249
dans le jeu depuis : 27/10/2014
karma scale : - 60 points, pour le moment
Honjô Daichi
青銅 bad karma | the loosers
Identifiant du sujet   Sam 31 Oct - 19:37
— tenue.désolé pour le dérangement, je suis désolé pour tout. j'espère que tu me pardonnera, un jour. je m'inclinais le plus bas possible. Ce n'était qu'après l'entente de sa voix rouillée par les larmes qui avaient finies par lâcher, que je me redressa et baissa les yeux. Le regarder? Je n'en avais guère la force. Alors je partis, non je fuis, prenant avec moi l'objet qu'il m'avait tendu. Je claqua la porte de son bureau et partit dans le long corridor qui s'adonnait à moi afin d'atteindre la porte de sortie. Des élèves, des professeurs me regardaient, me dévisageaient s'interrogeant de ma venue. Les poings serrés, je m'assis calmement sur le côté conducteur de ma voiture. Fermant la portière, je fixais mon volant. Puis j'hurla. Je ne pouvais pas imaginer que cet enculé, ce fils de chacal, de connard profond, ce bâtard m'avait souillé, m'avait trahi et avait dérogé à la règle première de notre amitié. Je le détestais plus que je me détestais de les avoir fait se rencontrer.

Dans ma tête, j'avais tué ce connard de Junkei trois fois et plus dans ma tête, toute de façon différentes. Je le haïssais. Alors, je roula violemment, sortant du parking de l'école et crispa mes mains au volant, appuyant sur le klaxon de temps à autre qu'un connard se mettait devant moi et n'acceptait pas ma conduite.

(...) Sortant de l'épicerie, je remercia la caissière et rangea le tout dans le coffre avant de fermer violemment. Je soupira et fermais les yeux, tenant vainement de réfléchir solennellement. Le laisser faire? Le laisser vivre sa vie de pacha alors que de plus en plus il m'humiliait ?! Certain de ne plus supporter son petit sourire d'oyabun à la con et sa petite vie tranquille à en vomir, je savais que je devais réagir. S'en était trop de baisser les yeux sur ce qui n'allait pas.

Je m'enferma dans ma voiture et continua de rouler regardant mon téléphone de temps en temps. Une fois arrivé à destination, je claqua la portière derrière moi et m'appuya contre ma voiture, une main dans la poche et l'autre afféré à allumer la cigarette coincée entre mes lèvres. Mes yeux se relevèrent sur la grande bâtisse que je connaissais. Le rencontrer maintenant serait mieux, le plus tôt possible. Le mégot de la cigarette vint s'effondrer sur le bitume tandis que je tournais les talons vers le coffre pour attraper de bouteille et un gâteau. Subtile, perfide, il fallait que je le sois pour lui planter la toute mon amertume.

Dans un large soupire, je ferma les yeux et pénétra dans l'immeuble tandis que d'autres avait pénétré autre chose qu'un simple immeuble. Je souris hypocritement à l'hôtesse d'accueil et lui fit signe que je me rendais voir le grand patron. L'enculé de patron. Elle opina de la tête et me montra la voie, au cas où j'étais amnésique. Une autre vint appeler l'ascenseur pour moi et rentra aussi à l'intérieur. Ne prenant plus la peine de me demander à quel étage je me rendais, elle appuya d'elle même sur le bouton présumé.

Quelques secondes plus tard j'étais à l'étage voulu. Elle me sourit pour une question de politesse et je fondis le mien ensuite dès lors où les portes métalliques se refermaient. J'avançais avec nonchalance vers le bureau de Junkei et ouvrir vivement, mes paroles accompagnées de mon plus magnifique sourire. heeeeeeey frérot. mais quel frérot je ne le vous fais pas dire. Sans aucune retenue, je m'avança vers lui et posa les boissons et le cadeau sur son bureau. Tout en chantonnant, je positionna plus allégrement les objets avant d'ouvrir la boîte du gâteau pour y planter violemment la bougie au milieu du dessert. Le briquet, ce fameux briquet que Caïn lui avait volé après cette nuit, je le sortis et alluma la mèche de la bougie avec avant de le lui rendre. j'avais oublié de te le rendre à la soirée. sourire. Je toussote et l'intime de souffler mais de faire un voeux avant. Et si c'est le voeux d'avoir du vernis sur son cercueil ou avec pour épitaphe "ici repose un connard briseur de bromance" il sera pour sûr exaucé, le reste... je n'en sais rien.

Tout le voyant se pencher vers le gâteau, j'ajoute ; petite formalité pour te souhaiter félicitation pour tes fiançailles, frère. ouais. tes saloperies de fiançailles qui m'ont coûté une nuit blanche. Je lui souris et retira la bougie, la posant sur le côté. tu as tout réussi. t'as une magnifique femme, un gosse prodige... que te réserve donc l'avenir, junkei hein? Quand nos yeux se croisèrent, je sentis comme un regret, du remord. Bref, enfin quelque chose qui me mit directement mal à l'aise et me donna la nausée. J'étais mal. Mal de le voir me regarder comme si de rien ne s'était passé, comme si rien ne s'était brisé entre temps. Tout semblait pareil. L'atmosphère n'était pas lourde de sous entendus.

Sortant une cigarette de mon paquet, ne prenant même pas le soin de lui en proposer une, je me mis à fumer dans son bureau. Décidément il me faudrait plus que de la nicotine pour émerger mon courage ici. Je soupira et regarda le gâteau au lieu que sa personne. notre amitié... ça fait combien de temps déjà... est-ce qu'elle est comme le vin? ça se bonifie avec le temps. Je ris doucement avant de me redresser et de planter ma cigarette dans une partie du gâteau. Je redressa mes yeux dans les siens, les miens étaient déjà noircis, emplis de haine et de tristesse en même temps. Sacré mélange. oh. pardon, t'en voulais? je me mis à boire d'une traite mon verre lui versant un deuxième. tu es ma seule famille, junkei.

Je souris et bois à nouveau mon verre le posant violemment sur son bureau. Et pose mes mains à chaque extrémités de son plan de travail. j'ai vu caïn aujourd'hui. j'ai fini par le trouver. merci la mafia n'est-ce pas? Me redressant je me tourna vers la porte et serra le verre. il dit qu'il t'as vu dans la soirée. vous n'étiez que tous les deux. Mes dents se serraient, j'arquais un sourcil. Ma colère remontait. tu l'as emmené dans un hôtel. mon verre se brisa dans ma main et je me retourna vers lui secouant ma main. L'adrénaline me montant à la tête, j'avais réussi à ne pas prendre en charge la douleur que ça m'infligeait. et tu as abusé de lui le traitant de, je cite "espèce de salope". c'était pour moi junkei? c'était pour moi que tu as fait ça? HEIN?

Notre amitié, bousillée pour une histoire de cul. Alors c'était ça notre dénouement. C'était ça notre fin de merde? Bah putain. ne dis pas qu'il ment junkei. je le sais c'est tout. pourquoi t'as fait ça? pourquoi tu t'oblige à faire des conneries? je le regardais, les yeux noirs et le coeur qui commençait déjà à se renverser.
Sex Ain't better than love - Signature




« two letters for the others ; FU »
chaque fois qu’un mec rencontre une fille, il a envie de regarder ses seins. Un homme doit faire appel à toute sa volonté pour ne pas regarder ces globes dorés dont les cimes fabuleuses sont pointées vers le haut, visant directement ses yeux.© .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
le blaze : takuya
célébrité : akanishi jin
groupe : 青銅 bad karma
rp archivé : 2
Messages : 268
dans le jeu depuis : 02/11/2014
karma scale : + 15 points, pour le moment
Asano C. Junkei
銀 modest karma | sexiest admin
Identifiant du sujet   Dim 3 Jan - 14:01
tenue ▼ Marchant nonchalamment jusqu'à la cuisine, le brun passa délicatement son bras autour des hanches de sa petite femme, posant ensuite sa grande main sur la tête de leur petit rejeton. Ne m'attendez pas ce soir. Enfin, une phrase qu'il avait l'habitude de leur sortir ; à force, il se demandait même pourquoi est-ce qu'il s’efforçait de la leur sortir. Embrassant le front du plus jeune, les lèvres de la cadette, le mafieux sortit tranquillement de chez lui. C'était une belle vie qu'il avait là. Qui pouvait penser en ce monde qu'en l'espace d'une demi-heure tout pouvait basculer. Grimpant dans son véhicule, il jeta un dernier coup d’œil à son téléphone : aucune nouvelle de Daichi. Ce n'était pas dans son habitude mais qu'importe, ils avaient chacun une vie respective et Junkei s'y était accoutumé.

Arrivé sur son lieu de travail - pour rester en toute légalité n'est-ce pas, il grimpa sans grand mal jusqu'à son étage. Entre temps, il regarda de nouveau son écran lorsqu'il fut dans l’ascenseur : toujours aucune nouvelle de Daichi. Jour regrettable, il l'appellerait sûrement plus tard. Jusqu'à ce qu'il ai Nanae, cet énergumène aux lunettes bizarre et au piercing dégueulasse était sa seule famille, sa seule raison de pouvoir donner sa vie ; une bonne cause certainement qu'il ne manquerait pas d'honorer aujourd'hui, malgré sa famille formée depuis quatre années.

Assis derrière l'utilitaire, signant quelques papiers, par-ci, par-là, il daigna répondre également à quelques appelles, en espérant tout de même à chacun d'eux que ce soit son ami. Mais non. - Déception certaine, qui se lisait sur son visage malgré sa solitude. Heeeeeeey frérot. Son visage penché vers l'avant sous une lecture, il le redressa soudainement ; surpris de le voir débarquer de la sorte en plus de ne pas avoir été prévenu. Sûrement que ses secrétaires avaient tellement l'habitude de le voir venir qu'au final, elles ne se donnaient plus ce mal. Daichi. Malgré ses airs assurés et habituels, Junkei décerna une certaine anxiété dans la voix de son cadet, sans compter que son attitude n'était tout bonnement pas naturelle. Il le côtoyait depuis assez longtemps pour le savoir. Regardant alors, la pâtisserie en face de lui, puis la manière dont la bougie fut mise, l'Oyabun arqua un sourcil, relevant son regard sur l'individu. Qu'est-ce que tu fou? Il ne remarqua même pas que le briquet était à l'origine, à lui. J'avais oublié de te le rendre à la soirée. Quelle soirée ? Junkei ne s'en souvenait absolument pas. Euh, merci. Soufflant la bougie pour faire "plaisir" à son ami, car il l'avait invité à le faire, sans réellement comprendre ce qui se passait. Petite formalité pour te souhaiter félicitation pour tes fiançailles, frère. [...] tu as tout réussi. t'as une magnifique femme, un gosse prodige... que te réserve donc l'avenir, junkei hein? Devait-il prendre cela pour des reproches ? Fronçant les sourcils, il se redressa sur son siège, regardant son frère fumer tranquillement. Notre amitié... ça fait combien de temps déjà... est-ce qu'elle est comme le vin? ça se bonifie avec le temps. Alors il allait réellement prendre tout cela pour des critiques, sans vergogne avec une once de peine, de tristesse ; qui se lisait déjà tellement bien sur le visage du percé. Qu'est-ce que tu veux Daichi ? Il n'avait pas prit ses paroles à propos de sa famille comme une menace mais les toucher serait une grave erreur. Oh pardon, tu en voulais? Regardant la cendre dans le gâteau, il lâcha un lourd soupire. Tu es ma seule famille, Junkei. Il le savait, mais pourquoi lui dire dans un moment comme celui-ci ? Ne lui répondant pas, il resta là, à le regarder vider son verre pour le remplir de nouveau. Tout cela commençait à l'agacer au plus haut point.

j'ai vu caïn aujourd'hui. j'ai fini par le trouver. merci la mafia n'est-ce pas? [...]  il dit qu'il t'as vu dans la soirée. vous n'étiez que tous les deux. tu l'as emmené dans un hôtel. Junkei ne comprenait rien à ce qu'il lui raconter. Caïn ? Il en avait un vague souvenir. C'était un homme que Daichi avait rencontré dans un bar. Il ne savait rien d'autre. Du moins, il ne se souvenait de rien. et tu as abusé de lui le traitant de, je cite "espèce de salope". c'était pour moi junkei? c'était pour moi que tu as fait ça? HEIN? Choqué par ses dires, il se massait la tempe droite. Quoi ... ? ne dis pas qu'il ment junkei. je le sais c'est tout. pourquoi t'as fait ça? pourquoi tu t'oblige à faire des conneries? Son haussement de ton, il ne le supportait pas. Ferme la. Se levant, il fit face à la grande baie-vitrée devant lui, avant de se retourner de nouveau face à Daichi. Je ne me souviens de rien Daichi. Je ne démentirais pas ces dires. Je suis incapable de te dire pour quoi je t'ai rejoins ce soir là. Après ton sms, plus rien. S'appuyant à son bureau, s'asseyant légèrement dessus, il reprit. Enfin, je te parles de ça parce que Nanae me l'a dit. Autrement, je n'aurais même pas été capable de te dire que j'étais sortis pour toi. Relevant son regard sur lui, le fixant, il soupira de nouveau. Tu vas me faire la guerre pour une histoire de cul ? - Dont je ne me souviens même pas ? Je ne t'ai pas trahie comme tu le ressens, comme tu le penses. Si cela peut te soulager, j'irais m'excuser, mais que puis-je faire de plus de toute manière ? Il était ironique, parce qu'il savait que son ami s'en foutait de tout cela. Que veux-tu que je fasse Daichi ? Que je me mette à quatre pattes pour te demander pardon ? Pour te dire Ô combien je regrette ? [...] Mais que veux-tu Daichi, je ne peux rien y faire. Parce que de toute manière, il ne le ferait pas.

Si tu penses qu'il en vaux la peine, pour niquer notre lien ; je te laisserais faire. Mais sache au moins une chose Daichi. Se redressant, il s'approcha du concerné, passant sa main dans sa nuque en rapprochant son visage du siens, si proche que leur lèvres se frôlèrent, que leur souffle se mêla. Quoi que tu fasses, je te tuerais, je te traquerais. Je n'accepterais pas de perdre mon frère sous prétexte d'un coup de bite en trop.
Sex Ain't better than love - Signature


memento mori — gone bad 森
© okinnel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
le blaze : Nolee <c>
célébrité : Tanaka Koki
groupe : 青銅 bad karma
multi compte : nanae, arata, caïn
rp archivé : 2
Messages : 249
dans le jeu depuis : 27/10/2014
karma scale : - 60 points, pour le moment
Honjô Daichi
青銅 bad karma | the loosers
Identifiant du sujet   Dim 3 Jan - 16:37
ferme la. pardon petit con? Je le regardais intensément avant d'arquer un sourcil, les phalanges pliées pour former un poing. Bien entendu, comme dans les supers films à suspens maximal ; il ne se souvenait de rien. Plus rien ne lui était traversé à l'esprit au moment où il était rentré avec moi dans la boîte de nuit. Je ne croyais vraiment pas qu'il ne puisse pas s'en rendre compte qu'il avait baisé ! Ces choses-là se ressentait quand même, non? Cette fois-ci je fronçais les sourcils essayant de reconstituer toute la situation mais je fis rapidement interrompu Tu vas me faire la guerre pour une histoire de cul ? - Dont je ne me souviens même pas ? Je ne t'ai pas trahie comme tu le ressens, comme tu le penses. Si cela peut te soulager, j'irais m'excuser, mais que puis-je faire de plus de toute manière ? depuis quand ne plus se rappeler était devenue une bonne excuse? La prochaine fois je dirais à Ayane que je me suis tapais un cul, je lui dirais avec assurance et entrain : « mais je m'en rappelles pas alors tu me dois pas une crise de nerfs. » Je soupirais et me passa les doigts dans les cheveux en l'écoutant se défendre comme il pouvait. Et l'entendre parler de Caïn ainsi me répugnait. Lui au moins avait eu de la chance de se l'être taper et c'était le seul parmi nous qui s'en foutait royalement. La vie était tellement injuste.

Si tu penses qu'il en vaux la peine, pour niquer notre lien ; je te laisserais faire. Mais sache au moins une chose Daichi. il me rapprocha et sa force ne m'offrit le droit que d'avancer davantage vers lui. Je le foudroyais du regard en fronçant les sourcils. Me tuer? Me traquer? Je posa mon index sur son front pour la faire bouger légèrement. déjà mesure tes mots quand tu parles de caïn, ce n'est pas l'une de tes putes. ensuite, ce que je ressens c'est bien sûr de la trahison junkei. pas mal de temps qu'on se connait et tu ne comprend vraiment pas comment je fonctionne. Sois mon frère mais touche pas à mon territoire. Bon ok, j'avais surement abusé en propageant des cendres sur son gâteau qui, putain avait l'air d'être foutrement bon. Mais j'étais énervé. Enervé parce que depuis pas mal de temps notre relation se dégrade à cause d'une fille et maintenant d'un homme. J'en avais ras le bol que tous ses facteurs jaillissent en même temps. J'appréciais toujours autant Junkei mais je détestais le fait qu'il adopte aussi facilement la fatalité. J'en avais pas fini avec lui. déjà cette soirée c'était pour ME voir, j'en ais ras le cul que tu fasse du cocooning avec ta meuf, je voulais que tu me gère MES coups comme avant mais nan suffit que tu sois bourré et le gars tu le retourne dans un hôtel!

je lui balança un coup de gâteau à la figure. Je sais pas mais... je commençais à regretter mon geste. Néanmoins, mon visage ne me trahissait guère. tu baise avec qui tu veux junkei mais merde pas les personnes avec qui je veux coucher! la seule fois que je te retrouve enfin comme l'ancien junkei tu foires! alors écoute oui tu vas me faire des excuses et à moi ET à lui! Je détestais le nouveau Junkei. L'homme bien dans sa peau, bien dans ses pompes. Depuis quand était-il dans les pompes de monsieur tout le monde? Depuis quand il était dans la norme? Nan je renonçais à cela. C'était Junkei qui avait inventé la démesure c'était pas l'inverse.
Sex Ain't better than love - Signature




« two letters for the others ; FU »
chaque fois qu’un mec rencontre une fille, il a envie de regarder ses seins. Un homme doit faire appel à toute sa volonté pour ne pas regarder ces globes dorés dont les cimes fabuleuses sont pointées vers le haut, visant directement ses yeux.© .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sex Ain't better than love - Signature
Revenir en haut Aller en bas
 

this is how our relationship degrades ; feat. bro'

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Papa Wemba feat Ophelie Winter
» Fally I. feat Olivia(candy shop) ADBM
» Poison feat. Sam Tshintu
» Kate and Michelle Williams have a "secret relationship".
» (Clip) Eluphant - Kidult (Feat DuJun - BEAST)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cupid Human :: 楽園RAKUEN
Le jardin d'Eden s'offre aux habitants
 :: 都心▬centre ville :: working palace :: Kureji no paso
-